Le fonctionnement du marché obligataire

Le fonctionnement du marché obligataire

Le fonctionnement du marché obligataire
Le marché obligataire est un marché financier. Pour pouvoir emprunter des liquidités sur le marché obligataire, les entreprises créent des titres de dette appelés obligations. Les obligations, en effet, se vendent et s’achètent  sur le marché obligataire et donnent droit à la perception d’un intérêt.

marche-obligataire.jpg

L’achat d’obligation est un instrument de placement et les investisseurs privés peuvent en devenir créanciers de l’Etat ou des grandes entreprises nationales. Ces investisseurs récupèrent leur capital quand les obligations arrivent à terme.

Comment différencier le marché primaire du marché secondaire ?

Le marché obligataire ou marché financier est composé de marché primaire et de marché secondaire qui sont fortement liés, mais qu’il faut savoir distinguer l’un de l’autre. Le marché primaire concerne les titres qui sont mis en vente pour la première fois, c’est pourquoi il est appelé autrement le marché du neuf. Les introductions, les privatisations, le prix d’émission sont négociés sur le marché primaire.

marche-secondaire.jpg

Quant au marché secondaire, constitué par le marché officiel, le second marché et le marché hors-cote, est le marché où les titres déjà émis sur le marché primaire sont échangés. C’est pourquoi il est appelé autrement marché d’occasion. La négociation permet d’attribuer le prix du marché au prix d’émission ou prix de vente des titres sur le marché primaire.    

Comment se forme les prix sur le marché obligataire ?

Les prix sur le marché obligataire se forment selon les taux d’intérêt à long terme. Autrement exprimé, le prix d’une obligation est le taux d’intérêt versé à l’investisseur durant la période avant le remboursement du capital, c’est pourquoi on parle de taux d’intérêt à long terme.  Ce taux d’intérêt à long terme sur le marché obligataire est calculé sur la base de plusieurs critères, entre autres l’actualisation des flux financiers, le prime de liquidité, l’estimation des risques. C’est astucieux d’où la préférence des investisseurs au « crédit spread » leur permettant de comparer des situations de dettes déjà évaluées afin d’intégrer avec assurance sur le marché obligataire.